05/01/2017

Patagonie : le vent te soufflera

Leave a Comment


26/11/2016 - 01/12/2016 ; San Sebastian - Punta Arenas - Cerro Castillo
10km de piste poussièreuse et caillouteuse séparent le poste  frontière argentin et chilien à San Sebastian. Le vent n'a pas de frontières et me gifle pleine face. Bienvenida a Chile !!!
Pas de problème de visa comme en Asie, tout est simple ici. Un tampon pour trois mois !!! Les douanes chiliennes sont juste un peu à cheval sur l'importation de nourriture. Fruits, légumes, miels, viandes sont interdits. De toute façon je n'en ai pas !
Je me dirige vers le détroit de Magellan. La piste jusqu'à Porvenir n'est pas des plus lisses. Certains passages sont bien caillouteux. Ce n'est jamais un plaisir avec un vélo chargé. Les camions me couvrent de poussière et me font toujours le plaisir d'un coup de klaxon et d'un signe de la main.
Pas un arbre, du vent soufflant en continu à 60km/h avec des rafales encore plus fortes. Le coin n'est pas un paradis pour campeur. Mais je suis sauvé quand j'aperçois un abri de chantier. Un bon squat pour une nuit protégé du vent.
Près de Porvenir la route passe au bord de mer avec la vue sur la côte ouest du détroit de Magellan et les montagnes aux sommets enneigés. Un bel accueil !!!
Porvenir a la saveur d'un port du bout du monde. Bâtiments abandonnés, abris en tôles rouillées, maisons décrépies et une boite de nuit ! Heureusement il y a une boulangerie où je me ravitaille en pâtisseries locales .

En compagnie de deux cyclistes brésiliens, je traverse le détroit direction Punta Arenas. Le vent souffle toujours fort et les vagues donnent du fil à retordre au ferry. Je n'ai jamais vu un bateau de cette taille se faire autant balancer par la mer. A 21h on débarque à Punta Arenas.Les bomberos ( pompiers) généralement accueillent les voyageurs en quête d'un abri pour la nuit. Malheureusement ce soir ce n'est pas possible. On se rabat sur un terrain vague au nord de la ville et on plante la tente à l'abri du vent.
Au matin, le vent est terrible. Un de mes deux compères se fait littéralement souffler par le vent à un croisement. Il mord la poussière, ou plutôt le goudron. Le vent vient de l'ouest et la route va plein nord. Un vent de côté de cette force est bien trop dangereux.
Repos forcé. Les hébergements et la vie en général ne sont pas donnés au Chili. Je me rabats sur un camping. C'est un hôtel qui a quelques mètres carrés de pelouse. Il n'y a pas de petit profit. 5000 pesos la nuit, 7€. J'ai besoin d'une bonne douche et de laver mes affaires, même si ça ne me plait pas trop de payer pour planter la tente.
Je me balade dans la ville et profite de cette journée de repos pour prendre du bon temps. Punta Arenas n'a rien de magnifique à offrir. C'est juste une ville parmi tant d'autres. Le soir venu près du camping, je sors mon ukulele et gratte quelques accords.
Une fille m'accoste et on discute quelques minutes puis deux hommes arrivent. Après les présentations, ils m'écoutent jouer du ukulele. Mes premiers spectateurs !! Une fois la maison close ouverte, elle s'en va travailler et les clients aussi. Je me retrouve tout seul. Eh oui, je me suis fait brancher par une catin qui travaille à quelques mètres du camping!! Elle m'a même demandé mon Facebook, dommage je n'en ai pas !



Le vent souffle toujours fort mais le lendemain je pars quand même. 6km/h sur le plat, aucune protection. C'est juste insensé, comment le vent peut-il souffler aussi fort ? Physiquement et mentalement c'est dur. Je me bats contre une force invisible, je n'avance pas !!! A 500 mètres devant moi un camion s'arrête, il me faut plusieurs minutes pour l'atteindre. Quand j'arrive à sa hauteur, il me propose de monter. Il a pitié de moi. Je n'hésite même pas une seconde. On attache le vélo et je monte côté passager. Après 25km, je descends, il va vers Rio Gallegos et moi Puerto Natales. Gracias el amigo !! Je remonte sur mon vélo et repars face au vent. A certains endroits, je descends de vélo et je pousse tellement le vent est fort. Impossible de rester sur le vélo. Le long de la route, il y a des petits arrêts de bus. J'en profite pour prendre des pauses à l'abri du vent. Il ne fait pas trop froid, 15°C mais je porte ma veste et mon buff (tour de cou). Le vent est plutot frais. Vers 17h, je rencontre Matt un anglais qui est en train d'essayer de monter sa tente en plein vent. Il est exténué et n'a plus la force de continuer jusqu'au refuge qui se trouve à 15km. Il est découragé par le vent de face depuis Ushuaia. Il me dit " si le vent continue comme ça les prochains jours, je prends un bus et je me tire d'ici ". Moi aussi je suis fatigué mais je fais quand même les 15km jusqu'au refuge de bord de route. Une petite cabane en tôle, rouillée et sale. Mais au moins je suis à l'abri du vent.
Les jours suivants, le vent souffle toujours fort mais c'est acceptable. 10km/h sur le plat. Le décor, une  toundra rase à perte de vue, n'a rien de grandiose. Entre Puerto Natales et Torres del Paine c'est un peu plus vert et valloné avec quelques montagnes enneigées en fond.
Demain je repasserai en Argentine pour quelques jours. Direction le nord par la route 40 au milieu de pampa.

Faire 100km par jour, à contre vent en Patagonie, c'est assez difficile voire impossible. Certains jours j'ai mis plus de 10h pour parcourir péniblement 80km. Les jours sont très longs en cette période, 5h-22h. Je roule de 6h à 19h, tout en faisant pas mal de pauses, et même une petite sieste quand je trouve un abri vers midi. Le bruit et la force du vent me fatiguent.
Il n'a pas fait trop froid durant ces dix jours. Un matin j'ai eu -4°C, sinon c'était plutot 5°C le matin et 15°C l'après midi. Un seul jour de pluie depuis Ushuaia. Même si le ciel n'est pas toujours bleu, certains jours sont nuageux mais sans pluie. Un grand soulagement après plusieurs mois de quasi pluie continue en Australie et Nouvelle zélande.


Statistiques

Distance :  477 km
Nb jours : 6
Nb jours de vélo : 4
Nb jours de repos : 2
Etape la plus longue : 139 km
Etape la plus courte :  72 km

Total depuis le début

Distance : 30714 km
Nb jours : 429
Nb jours de vélo : 294
Nb jours de repos : 135
Etape la plus longue : 257 km ( Australie, Nullarbor)
Etape la plus courte : 26 km
Plus haut col : 3045 m (Yunnan, Chine)
Crevaison : 11
Rayon cassé roue arrière: 9 ( ancien vélo décathlon à 100€)
temp. max/min : 49°C ( Australie) / -8°C ( Australie)

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

.