04/12/2015

Chine : Chengdu - Kunming

Leave a Comment
01/11/2015 - 12/11/2015

Itinéraire montagneux

En selle pour Kunming, dans le Yunnan, 900 km au sud de Chengdu. Les trois premiers jours de vélo, je traverse des zones tropicales. Humidité, pluie, je suis trempé en permanence. Les paysages sont magnifiques, bananiers, forêt de bambous. Une route à travers la jungle.

Puis viens la montagne et les premières galères d’itinéraires. La route G213 présente sur ma carte chinoise n’existe pas à certains endroits ou m’est interdite. Encore une fois je me fait arrêter par les flics, m’obligeant à faire demi-tour. Ce qui m’a contraint à faire des détours de plusieurs dizaines de kilomètres. Et quand la G213 existe, ce n’est qu’un chemin de terre en travaux ou une route pavée. C’est l’enfer avec un vélo chargé !

Ma roue arrière n’a pas supporté cette mauvaise route, si bien qu’un soir je casse un rayon !! Confiant, je sors mes outils pour changer mon rayon, mais malheureusement, ma petite clé à mollette est trop petite pour défaire la cassette arrière. Après une heure marche à coté de mon vélo, je m’arrête chez un paysan. Il me prête la bonne clé, je change mon rayon. La nuit tombe, il m’invite à manger. Toute la famille est là, 10 personnes autour d’une petite table. Légumes, viandes, riz, un assortiment de plats succulents. La seule chose qui m’a choqué, c’est qu’ils jettent tout par terre, même les cigarettes. Si bien qu’à la fin du repas le sol est une décharge. Une fois le repas terminé, il m’offre une douche chaude et un lit pour la nuit. Finalement cette petite mésaventure m’a permis de rencontrer cette famille au grand cœur.

Cette partie montagneuse de la Chine est vraiment magnifiques. Gigantesques terrasses de maïs creusées dans ces montagnes. L’homme a domestiqué cet environnement. Le passage dans ces villages isolés m’a permis de voir un autre coté de la chine. Les paysans n’ont pas de machines, le labourage de la terre se fait à la main ou avec un buffle. La vie n’a pas changé depuis plusieurs dizaines d’années.
Ces contrées sont peuplées de différentes ethnies : chinois à barbe, teint clair ou très foncé, musulman en djellaba. De quoi vous enlever la certitude que tous les chinois se ressemblent.

A partir de Zhaotong, je passe mes premiers cols à plus de 2000m et même 3045m pour le plus haut. Le temps est clément, soleil, il fait 20-25°C la journée et 10-15°C la nuit. A plus 2000m d’altitude au mois de novembre c’est quand même agréable. Seul un fort de vent de face, sur certains plateaux d’altitude me fait rager. Le vent, c’est l’ennemi du cycliste. Sur certaines parties, j’ai l’impression de monter un col hors catégorie alors que c’est plat. Enfin, à choisir je préfère le vent à la pluie !

Sur ce trajet j’ai trouvé des endroits pour dormir plutôt facilement : local d’entreprise abandonné avec lit superposé, flanc de montagnes, pont d’autoroute, … J’ai aussi très bien mangé : baozi sucré au petit déjeuner, bol de riz ou nouille midi et soir, sans oublier les petits encas : pain frit, gâteaux. J’adore la bouffe chinoise. C’est pas cher, bon et on en trouve partout. Pour 3€ par jour, je mange à ma faim.

La dernière partie, plutôt plate peut être surnommée, la route du cannabis tant cette plante aux vertus reposantes est présente.
Après 1180 km et 10 jours de selle, j’arrive à Kunming. Je prends une auberge à 5$ la nuit. Deux jours de repos, de rencontres. Kunming semble une ville aimé des Français. Je n’en n’avais pas vu autant depuis Ulan Bator,  en Mongolie.

Direction le Vietnam !!!

Statistiques

Distance : 1180 km
Nb jours : 12
Nb jours de vélo : 10
Nb jours de repos : 2
Etape la plus longue : 187 km
Etape la plus courte : 85 km
Plus haut col : 3045 m
Crevaison : 2
Rayon cassé roue arrière : 1

Total depuis le début
Distance : 3583 km
Nb jours : 42
Nb jours de vélo : 27
Nb jours de repos : 15
Etape la plus longue : 208 km
Etape la plus courte : 70 km
Plus haut col : 3045 m
Crevaison : 3
Rayon cassé roue arrière: 2

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

.